Le diabète sucré, de type 1 (insulinique) ou 2 ("gras"), provoque une hyperglycémie chronique, c-à-d. trop de sucre dans le sang. De manière simpliste, le sirop de sucre gène la circulation du sang dans les artérioles et les capillaires, provoquant des micro-bouchons, en amont desquels le capillaire se dilate, puis rompt ; laissant passer dans la rétine le plasma et le sang, donnant œdème et hémorragie. La rétinopathie diabétique apparaît au bout de plusieurs années, souvent plusieurs lustres de diabète, d'autant plus précocement que le diabète fut déséquilibré ; elle peut mener à la cécité, que l'on peut prévenir avec le laser. J'ai l'habitude de dire "le laser chez le diabétique, c'est le vaccin contre la canne blanche" ; voilà pourquoi tout diabétique doit consulter régulièrement l'ophtalmologue, qui, s'il dépiste une rétinopathie diabétique, fera éventuellement une angiographie rétinienne, laquelle permet de guider le traitement laser.


angiographie fluorescéïnique d'une  rétinopathie diabétique


La photo a été prise 14 secondes après l'injection du colorant en intra-veineux : les artérioles, minces, sont bien colorées (blanches) par la fluorescéine, et pour l'instant, seules les parois des veinules sont tapissées de colorant : il s'agit du temps "artério-veineux" de cet examen dynamique. Toutes les petites taches noires sont des hémorragies, et tous les petits points blancs sont des micro-anévrysmes, c-à-d. des micro-hernies capillaires. Certains clichés adjacents de la rétine de ce même patient sont plus inquiétants encore, qui ont conduit à décider de traiter au laser, pour éviter l'hémorragie intra-oculaire et le glaucome néovasculaire.


pour revenir à la photothèque, cliquer sur la photo

accueil