Pan, en grec, veut dire "tout", et l'on comprend bien que ce terme est excessif, car bien sûr l'ophtalmologue ne va pas détruire toute la rétine de son patient. Ce protocole laser, qui s'adresse aux rétinopathies veineuses ou diabétiques évoluées, et aussi aux glaucomes néovasculaires, consiste à coaguler la majorité de la rétine périphérique lorsqu'elle est en train d'asphyxier par manque d'oxygène. C'est un traitement mutilant, car il réduit le champ visuel, mais il sauve les yeux d'une cécité totale et douloureuse. Les séances de laser sont souvent pénibles, ce pourquoi je propose une anesthésie locale préalable, qui insensibilise parfaitement l'œil, et donc permet de réaliser un nombre d'impacts largement supérieur, réduisant le nombre de séances et de déplacements : tout-le-monde y gagne, y compris la Sécurité Sociale, qui ne rembourse en principe que 6 séances par œil.


pan-photocoagulation rétinienne au laser


Les impacts de laser sont ces taches léopard qui entourent la plage centrale du fond de l'œil, où la macula apparaît comme une tache sombre.


pour revenir à la photothèque, cliquer sur la photo

accueil