La migraine ophtalmique






La migraine ophtalmique n'est pas une maladie oculaire, mais neurologique ; ses symptômes visuels spectaculaires précipitent souvent les patients à la consultation de l'ophtalmologue. Elle fait partie de la famille des "migraines accompagnées", c-à-d. des céphalées précédées d'une phase de déficit neurologique appelée "aura". Après avoir longtemps hésité à rédiger cette page car je ne suis pas neurologue, comme je suis moi-même migraineux, j'ai essayé d'expliquer simplement cette maladie fréquente et bénigne.


Que se passe-t-il dans le cerveau visuel pendant la migraine ophtalmique ?
Il serait d'ailleurs plus correct de parler d'ophtalmique migraine ! car ce dysfonctionnement biphasique est d'abord visuel, et ensuite douloureux. Le cerveau est tapissé d'une pellicule appelée "petite méninge", ou "pie-mère" ; celle-ci est vascularisée, et l'on dit que la migraine est un "orage vaso-moteur" :
• Pendant la première phase de la migraine ophtalmique, les artérioles de cette pie-mère se contractent, réduisant l'afflux de sang pour cette méninge, mais aussi pour le cortex (l'écorce cérébrale) sous-jacent. Ce dernier, privé d'oxygène, devient temporairement et partiellement aveugle : il s'agit d'un "accident ischémique transitoire", ce qui est très impressionnant. Cette phase "déficitaire" dure typiquement 15 minutes, parfois un peu moins, parfois plus (jusqu'à 50 minutes) ; et si la zone aveugle (on dit le "scotome") est à votre droite, vous constaterez qu'en cachant votre œil droit avec la paume de votre main droite, votre œil gauche jouit du même spectacle, du côté droit.

• Pendant la deuxième phase, par effet rebond, les mêmes artérioles pie-mèriennes se dilatent, ce qui provoque une distension de la petite méninge, elle-même très innervée : d'où les céphalées, souvent fortes.
***
# Le déroulement de la migraine ophtalmique n'est pas toujours biphasique : dans certains cas, sans qu'on comprenne pourquoi, les plus chanceux ne vivent que la première phase visuelle "déficitaire", et échappent à la deuxième phase "céphalalgique" (douloureuse). On appelle cela une migraine ophtalmique quand-même, et c'est le plus souvent dans ce cas que le diagnostic apparaît difficile ou suspect pour le médecin généraliste, qui préfère nous adresser le patient, afin d'éliminer un décollement de rétine.

# La deuxième phase "en direct", sans la première, est tout-à-fait possible : cela s'appelle une migraine simple, c-à-d. non "accompagnée". Ce n'est bien sûr pas une "migraine ophtalmique" (c'est mon type de migraine le plus fréquent).


Quelles sont les causes de la migraine ?
Il y a deux causes : le "terrain", et les facteurs déclenchants (comme pour l'asthme)
• Le terrain
c'est génétique ; vous n'y pouvez rien. Ma mère était migraineuse, je suis migraineux : il s'agit d'un héritage.


• Les facteurs déclenchants
- sont régulièrement accusés la fatigue et le stress. Souvent, on retrouve aussi des causes optiques ou des déséquilibres oculomoteurs, comme l'insuffisance de convergence, qui nécessite de la rééducation orthoptique : voilà pourquoi il est toujours judicieux de se faire examiner les yeux par un ophtalmologue, avant de se précipiter sur le scanner !
- s'ajoutent souvent d'autres facteurs plus personnels, comme : les règles, les éblouissements, le bruit, certains aliments, les efforts de fixation visuelle prolongés.
- Pour ma part, me provoquent la migraine :
le manque de sommeil, la fumée de cigarette (surtout autrefois, quand les gens fumaient partout), l'alcool, et peut-être le chocolat ; donc grâce à ma maman, je n'ai aucun risque de devenir alcoolique !


Quels sont les symptômes de la migraine ophtalmique ?
• La phase visuelle
les patients éprouvent des difficultés à décrire leur spectacle. Revient souvent le témoignage d'une zone aveugle, plus ou moins entourée d'un arc électrique bleuté ondulant ou haché, de kaléïdoscope, de scintillement, de vision comme à travers un verre cathédrale ou une cabine de douche ; la taille du scotome (de la zone aveugle ou brouillée) varie lentement au fil des minutes, puis finit par disparaître comme par magie. La perception de phosphènes (étincelles) peut faire évoquer un décollement du vitré, et le scotome ressemble à celui du décollement de rétine.

• La phase de céphalées (mal à la tête)
non obligatoire ; prenant en principe la moitié de la tête opposée aux symptômes visuels ; "en éteau", ou pulsatiles, souvent intenses ; fréquemment accompagnées d'intolérance à la lumière et au bruit, et de nausées. Cet état invalidant dure de plusieurs heures à plus d'une journée.


Quel est le traitement de la migraine ophtalmique ?
• tout d'abord il faut tâcher de la prévenir :
- se discipliner à une vie régulière, ne pas veiller, dormir suffisamment
- essayer de repérer les facteurs déclenchants afin de les éviter (comme pour l'asthme)
• le traitement de la phase visuelle : il n'y en a pas !
- si cela vous prend au volant, surtout vous vous garez correctement, et vous attendez que ça passe !
- la vue revient toujours, cet "accident ischémique transitoire" (AIT) ne se transformant jamais en infarctus cérébral ("accident vasculaire cérébral" = AVC), sauf en cas d'association tabac-pilule.
• le traitement de la phase douloureuse est du ressort du médecin généraliste :
- il fait d'abord appel aux antalgiques banals, souvent efficaces
- chaque malade finissant par connaître le médicament qui lui convient le mieux
- les "triptans" sont le médicament moderne spécifique de la céphalée migraineuse, très efficace. Il est contre-indiqué en cas d'hypertension artérielle et d'insuffisance coronarienne car il est vaso-constricteur ; il est donc aussi formellement interdit de le prendre avant la fin de la phase visuelle (déficitaire, qu'il pourrait aggraver).


***



Voici deux de mes migraines ophtalmiques, qui ont chacune duré 15 minutes, non suivies de céphalées, donc limitées à une "aura".

Ma première migraine ophtalmique fut "hémi-anopsique", c-à-d. avec une perte complète du champ visuel d'un côté (ici gauche).
À l'époque, j'étais étudiant en médecine et j'ai fait le diagnostic rapidement, mais je dois avouer que la surprise est choquante :




migraine hémianopsique gauche c'est
très
pénible
d'être
totalement
aveugle
d'un
côté





Ma dernière migraine ophtalmique, moins spectaculaire, m'est arrivée en consultation.
Fixez le point noir central, et vous apercevrez cette zone floue que j'ai vue avec mes deux yeux, en bas à droite :





migraine inférieure droite



accueil