Un corps étranger coincé sous une paupière supérieure provoque aussitôt une sensation de grain de sable extrêmement pénible et douloureuse, qui précipite la malheureuse victime chez l'ophtalmologue. Pour pouvoir examiner le patient souvent atteint d'un blépharospasme réflexe (= fermeture incoercible des paupières), on utilise un collyre anesthésiant. Ce produit, dont l'effet est magique, n'est jamais prescrit au patient, car il est anti-cicatrisant. En observant bien le centre de l'image, devant la pupille, on aperçoit des rayures obliques sur la cornée, teintées en vert, provoquées par un petit débris coincé sous la paupière supérieure :


kératite traumatique



Ladite paupière est retournée (en demandant au malade de regarder vers le bas), ce qui expose la conjonctive tarsale (= la muqueuse du fibro-cartilage de la paupière), dans laquelle est incrusté l'intrus ; qu'on extrait à l'aide d'une pince stérile :


corps étranger sous-palpébral


Un collyre anti-inflammatoire (non stéroïdien), avec ou sans antibiotique, plus des antalgiques banals -ou même un morphinique pour la première nuit- guériront la cornée en quelques jours.


Pour revenir à la photothèque, cliquer sur une photo.


accueil