L'iridectomie périphérique consiste à découper une petite fenêtre à la base de l'iris, pour faire shunt (fistule, by-pass) entre la chambre postérieure, où est secrétée l'humeur aqueuse, et la chambre antérieure, où elle est filtrée vers l'extérieur de l'œil. C'est le traitement chirurgical du glaucome aigu (par angle irido-cornéen étroit), après traitement médical en urgence. Il est possible aussi de créer un trou dans l'iris au laser, sans ouvrir l'œil (chaque technique ayant ses avantages et ses inconvénients). Ici, vous voyez en haut de l'iris le petit défect triangulaire, qui apparaît comme une deuxième pupille, éloignée de l'axe visuel, et cachée par la paupière supérieure :


iridectomie périphérique



Comme la sinusotomie selon Krasnov (l'opération du glaucome chronique), l'iridectomie périphérique se fait sous anesthésie topique (= avec des gouttes), suivie d'une moucheture de la muqueuse conjonctive aux micro-ciseaux, puis de l'injection à la micro-canule, sous cette muqueuse, d'1/2 millilitre de xylocaïne. Voici un œil opéré du matin ; la fenêtre irienne (qui apparaît ici arrondie) est momentanément obturée par une petite bulle d'air avec laquelle j'ai regonflé l'œil. Celle-ci changera de position quand le patient se couchera, libérera le shunt et se résorbera en une journée. L'incision cornéenne est de l'ordre du millimètre ; je la réalise tout simplement avec le tranchant d'une aiguille à intra-veineuse longue (20 gauge) qui fait un excellent bistouri très bon marché ! La suture est assurée par un seul point de nylon de 25 µm de diamètre, qui dessine un petit trait noir vertical en haut de la bulle :


iridectomie périphérique



Pour revenir à la photothèque, cliquer sur une photo.


accueil