Le corps étranger oculaire superficiel est un motif de consultation urgente très fréquent. Fort heureusement, la paroi oculaire -la cornée en particulier- est résistante, et les corps étrangers intra-oculaires associés à une plaie pénétrante, sont rares. Un tel corps étanger est ôté au microscope de consultation sous anesthésie topique (du grec topos = le lieu), i.e. anesthésie locale par contact avec des gouttes de collyre anesthésique, à l'aide d'une aiguille stérile à usage unique :


grain de meule cornéen


L'extraction totale de l'intrus, rouille incluse, laisse un petit trou -un ulcère- qui guérira grâce à un traitement de deux semaines, par collyres.
Près de la jonction avec la sclère (la paroi blanche de l'œil), comme sur la photo, la cornée est relativement épaisse (1 mm), et même s'il persiste une petite cicatrice, le pronostic visuel est excellent. Près de l'axe visuel au contraire (devant la pupille), la cornée ne fait plus qu'1/2 millimètre d'épaisseur, rendant l'extraction plus délicate, et surtout ... la moindre petite cicatrice (blanchâtre) pourra faire chuter l'acuité visuelle de manière irréversible. C'est l'occasion de rappeler l'intérêt des lunettes en général, qui protègent les yeux des chocs, des ultra-violets, des corps étrangers, des projections de fluides biologiques infectés ... Pour l'usage de la meuleuse ou de tout appareil analogue, le port de lunettes de protection adaptées est indispensable.


Donc, ne prenez pas de risque avec vos yeux : mettez des lunettes de protection.


Pour revenir à la photothèque, cliquer sur la photo.


accueil