Voici un exemple de traumatisme oculaire perforant -ou bien, dans un langage cru, d'œil crevé (un "chat" est un chat)- ; l'œil est ici percé par une épine de ronce horizontale, éclairée par la bande de lumière verticale. La base de l'épine est à gauche, à ras la surface de l'œil (de la cornée) ; sa pointe à droite touche l'iris, et fort heureusement n'a pas perforé le cristallin. Le risque immédiat est l'infection purulente de l'œil ; il y a aussi un risque de tétanos. Cette histoire est une belle démonstration de l'intérêt protecteur du port des lunettes.


perforation oculaire par épine de ronce

pour revenir à la photothèque, cliquer sur la photo

accueil