Les contre-indications oculaires aux atropiniques par voie générale n'existent pas !




ou :
"comment tordre le cou à un mythe"





Les médicaments oraux (en comprimés) ou injectables, flanqués d'effets secondaires (indésirables) atropiniques (para-sympathico-lytiques, disent les pharmacologues) sont extrêmement nombreux ; et régulièrement, un médecin généraliste, ou un anesthésiste, ou un psychiatre, ou un gastro-entérologue, me téléphone consciencieusement pour me demander le type de glaucome de madame X, afin de savoir s'il peut utiliser telle molécule, pour laquelle il est explicitement écrit sur le prospectus et dans le Vidal, qu'elle est contre-indiquée dans "l'adénome prostatique et le glaucome à angle étroit" (l'adénome prostatique ne tracassant pas trop madame X, on est d'accord).

Ma réponse est toujours la même :

"les contre-indications oculaires aux atropiniques par voie générale n'existent pas !"



Démonstration :


"Madame X est traitée pour un glaucome" ; bien. En supposant (ce qui est probablement faux) que ledit atropinique soit capable de déclencher une fermeture de l'angle irido-cornéen (donc un glaucome aigu) ; il y a deux solutions :
• il s'agit d'un glaucome à angle large (le plus fréquent)
par définition, il est impossible à fermer ... donc, administrez tous les psychotropes nécessaires, injectez toutes les ampoules d'atropine en intra-veineux (avec modération quand-même), ça ne risque rien pour l'œil.

• il s'agit d'un glaucome à angle étroit
quand l'ophtalmologue pose ce diagnostic, il n'est pas contemplatif : obligatoirement, il réalise une iridotomie au laser (YAG le plus souvent), ou bien, dans certains cas, une iridectomie chirurgicale ... et ledit angle iridocornéen, pour étroit qu'il soit resté, est devenu infermable. Donc, allez-y pour les parasympathicolytiques, pas de problème.


#:-)



Les causes de déclenchement des glaucomes aigus sont imparfaitement connues. Tous les ophtalmologues ont dans leur patientèle des angles irido-cornéens étroits, voire très étroits, qui n'ont pas du tout de glaucome, avec des papilles optiques magnifiques (et donc des champs visuels parfaits), qui ne décrivent pas d'histoire de crises de fermeture spontanément résolutives (ça existe), pour qui l'intérêt prophylactique d'une iridotomie au laser est très discutable.
Aujourd'hui, on sait que c'est plutôt la mydriase active (contraction du dilatateur irien périphérique ortho-sympathique), avec mise en tension du rideau irien cônique dans le cas de l'angle irido-cornéen étroit (et non plan comme dans le cas d'un angle irido-cornéen large -normal-), qui est susceptible de fermer ledit angle étroit.
Si donc madame Z, non connue comme glaucomateuse, non traitée pour cette maladie, ferme (brutalement) son angle irido-cornéen étroit éventuellement après une prescription d'atropinique, la cause du glaucome aigu n'est pas le médicament, mais le plus souvent le stress (cela se voit parfois après des anesthésies), qui fait sécréter de l'adrénaline (hormone ortho-sympathique) par les glandes médullo-surrénales ; laquelle adrénaline provoque une mydriase active.


"science sans conscience n'est que ruine de l'âme"
(Montaigne)

accueil